Histoire

Si vous avez un peu de temps, vous pouvez remonter le temps et vous remémorer les souvenirs du village de vacances et résidentiel de Sint-Annastrand, cet endroit merveilleux. Bonne lecture !

Le nom Sint-Anneke vient du saint patron de la chapelle Sint-Anne du 12e siècle. Cette petite maison de prière était un lieu de pèlerinage et se dressait comme une église paroissiale au milieu du hameau Vlaams Hoofd, qui appartenait à Zwijndrecht. Aujourd’hui, le bâtiment du tunnel piétonnier se trouve à cet endroit.
Grâce aux expositions universelles de 1885 et 1894, le hameau de Flandre orientale de l’époque a exercé une grande attraction sur les Anversois. Ces expositions universelles ont permis de faire de Sint-Anneke un lieu de divertissement. Deux entrepreneurs ont construit quelques lieux de divertissement pour les citoyens les plus aisés. Le Royal Kursaal dispose d’un casino, d’une jetée en bois et d’une aire de jeux. Le chic Trocadéro était une imitation de l’établissement parisien du même nom. Un peu plus loin se trouvent les marinas du Cirque Nautique et du Royal Yacht Club. Derrière la forteresse, surplombant les polders, quelques restaurants démocratiques ont ouvert leurs portes, comme le Veerhuis. Ici, les touristes d’un jour pouvaient louer un bateau à rames et manger des moules.
Les amateurs de plaisirs et les gourmands anversois aimaient prendre le ferry pour Sint-Anneke. C’est devenu un véritable village (amusant). La Plage nous rappelle encore le village (amusant) disparu de Sint-Anna.

Avant 1930

En 1923, un grand changement a lieu : la construction du tunnel pour piétons et du Waaslandtunnel (le « Konijnenpijp »). De cette façon, Zwijndrecht est reliée à la ville d’Anvers.
Sint-Anneke était déjà un endroit populaire pour les Anversois, mais avec l’achèvement des tunnels Waasland et Sint-Anneke, le ciel était la limite. Après l’inauguration festive des tunnels en septembre 1933, il n’était plus nécessaire de prendre un ferry. Les amateurs de soleil et de farniente se pressent sur une véritable plage, créée par des années de projection de sable : le Sint-Annaplage est un fait.

1930 – 1940

En 1932, la crise économique atteint son apogée. La découverte de Saint Anne’s Plage s’est répandue comme une traînée de poudre et bientôt les tentes se succèdent. Les campeurs ont profité d’un air sain et de beaucoup d’espace pour que leurs enfants puissent jouer : tout le monde était heureux. Mais les bonnes chansons ne durent pas longtemps…
La Intercommunale Maatschappij van den Linkerscheldeoever (IMALSO) a été fondée en 1929 et avait pour mission de construire et de gérer les deux tunnels de l’Escaut. En 1934, IMALSO lance un appel d’offres pour une zone délimitée qui sera appelée Antwerpen-Strand. Le locataire Emiel Draps a remporté la concession en tant que meilleur enchérisseur. Initialement pour dix ans, mais il faudra attendre 1960 pour que la concession expire. Draps voulait gagner de l’argent le plus rapidement possible, il a donc demandé un acompte pour monter des tentes pendant les mois d’été. Cela a conduit à la création de la « Verenigde Kampeerders » (Campeurs unis) car Draps était plutôt gourmand et cette association a ainsi pu promouvoir et défendre le sort des campeurs. Plus tard, les constructions fixes en bois avec couchage ont également été autorisées, et après quelques années, les premiers bungalows sont apparus. Les Anversois se sont donc bien amusés à De Plage.

1940 – 1945

Pendant la guerre, les Allemands ont fait de Sint-Anneke une zone interdite. L’accès n’était donc possible qu’avec une « intrittskarte » portant un cachet de croix gammée. Des choses comme le Lunapark et le Vieux Brabant sont tombées en ruine parce qu’il n’y avait pas assez d’argent et de matériel pour les entretenir. Il y avait aussi des inondations occasionnelles parce que le terrain surélevé s’avérait ne pas être assez haut. De plus, un bombardement en 1942 a causé beaucoup de dégâts : environ 150 bungalows ont été endommagés. En octobre 1944, Anvers a été touché par plus de 600 bombes V, dont 48 ont touché Linkeroever et 3 De Plage. De nombreux bungalows ont été détruits.
Après la guerre, de nombreuses familles sont revenues à Sint-Anneke et le nombre de bungalows a considérablement augmenté. Les gens investissent leurs économies dans des maisons qu’ils construisent eux-mêmes. Draps était à nouveau le seigneur et le maître de la rive gauche.
Ce que peu de gens savent, c’est qu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, un camp de détention a été construit sur la rive gauche pour le rapatriement des soldats américains, appelé Top hat.

Ville de tentes américaine 1945-1946

tophat

En mai 1945, les autorités décident de mettre en place des « Staging Areas » ou des camps d’attente à différents endroits pour rapatrier leurs soldats aux États-Unis. Cela pouvait prendre des semaines avant qu’un bateau ne les ramène chez eux. En Belgique, ce camp a été installé sur la rive gauche d’Anvers.
tophat
Le nom officiel du camp est  » Headquarters, United States Staging Area, Antwerp, Belgium, APO 562′ mais les soldats ont baptisé leur résidence temporaire  » Top hat « . Le nom Top hat viendrait d’un code de guerre perdu. D’autres sources mentionnent que le camp a été nommé d’après la cigarette belge Tophat.

Le 1er juin 1945, des unités américaines arrivent d’Allemagne à Anvers. Quelque 7200 mines terrestres posées par les Allemands sur les terrains bas ont été éliminées. Une fois cette tâche accomplie, l’unité est remplacée et les nouveaux hommes sont chargés de poser des voies et des routes d’accès. L’achèvement de ce gigantesque camp a été réalisé par une nouvelle unité. Cette unité a finalement fourni au camp 2500 tentes, 500 bâtiments, des cinémas, le Radio City Music Hall, deux théâtres en plein air, une fabrique de glaces, une boulangerie, une bibliothèque, trois salons de coiffure, une salle de repassage, une blanchisserie, une salle de cirage de chaussures et la Croix-Rouge.

Les soldats américains ont été reçus comme des invités. Le personnel civil d’Anvers, qui, selon des sources américaines, parle un excellent anglais, ne laisse rien au hasard pour rendre les G.I. heureux.
camp
Le luxe du camp est sans précédent après la pauvreté que les soldats ont endurée. Les prisonniers de guerre sont utilisés pour laver les vêtements et cirer les chaussures.

Le cinéma et le bar sont évidemment les lieux les plus fréquentés par les soldats. Chaque soir, de longues files d’attente de soldats tentaient de conquérir un siège pour regarder un film. Dans le bar, on sert beaucoup de bière. Chaque jour, une moyenne de 3000 litres de café est servie et quelques milliers de beignets sont vendus.

Le 85e Quartermaster Group devait approvisionner le camp en nourriture. Au centre du camp, une chapelle a été construite pour trois religions : le christianisme, le protestantisme et le judaïsme.

Le camp était divisé en 26 blocs. Le village de tentes avait une longueur totale de deux kilomètres et était large d’un kilomètre à certains endroits. Il y avait de la place pour environ 16500 hommes : le personnel permanent et environ 500 prisonniers de guerre allemands. Le camp a ouvert le 1er juillet 1945 et a officiellement fermé ses portes le 2 avril 1946, lorsque le dernier soldat a embarqué sur le navire « Vassar Victory ».

De juillet 1945 à mars 1946, quelque 500 navires ont assuré le rapatriement aux Etats-Unis de nombreux sous-officiers et soldats. C’est en mai 1946 que le nettoyage et la liquidation de toutes les infrastructures sont terminés.
Dans le Sint-Annabos, on trouve encore ici et là des vestiges du camp. Les voies droites dans la forêt font toujours référence aux intersections des blocs.

Le camp avait également son propre magazine, « The Top Hat Tales », avec des récits de la vie à Top Hat. Maria Seyssens, Georgette Rooman, Ellisa Balliau sont parmi les Flamands qui ont contribué au magazine. Les photographes flamands Guy Michielsen et Fernand Verjauw ont également apporté leur contribution.

Jusqu’à présent, aucun exemplaire de ce magazine n’a été retrouvé, ni dans les archives belges, ni dans les archives américaines.

Sources : Hoe een stukje Borgerweert wandelbos werd – J. Moens. 1983
Photographies : http://www.skylighters.org/special/cigcamps/camptophat.html

1945 – 1960

Après les années de guerre, il y a eu une période de croissance incontrôlée. Des bungalows sont apparus partout et il n’y avait plus de véritables obligations envers le concessionnaire, mais plutôt des loyers élevés pour les maisons de vacances.

Vers 1950, les premières mesures ont été prises en matière d’aménagement du territoire. L’idée était de construire des logements avec des matériaux durables. Plusieurs maisons solides ont été construites, certaines même de style villa.

À la suite de la Seconde Guerre mondiale, de nouveaux sites ont été recherchés pour des constructions à grande échelle. Vers 1950, l’Office du logement d’Anvers a entamé des négociations avec IMALSO pour réserver 20 hectares de terrain à bâtir entre Gloriantlaan et Halewijnlaan. Les plans prévoyaient 16 complexes résidentiels de 2 700 unités de logement avec un centre commercial, une église, une salle des fêtes et une grande place piétonne. La tour garantissait en effet la possibilité de vivre au milieu d’un parc vert. Il est devenu un ensemble monumental, inspiré par les idées modernistes. L’idée centrale était de donner « lumière, air et espace » à « l’homme nouveau ».

1970 – aujourd’hui, les années d’adieu

En mai 1945, les autorités décident de mettre en place des « Staging Areas » ou des camps d’attente à différents endroits pour rapatrier leurs soldats aux États-Unis.
Tout le monde s’est bien amusé, mais en septembre 1960, des nuages sombres se sont accumulés au-dessus du parc de bungalows.
La concession de Draps est arrivée à son terme et aucun nouvel appel d’offres n’a été lancé. IMALSO, la société de développement de la rive gauche d’Anvers, reprend la gestion le 1er octobre 1960 et décide de démolir le parc de bungalows. Le comité d’action local a réussi à obtenir une prolongation de neuf ans, mais ce n’était qu’un report d’exécution. En 1969, le parc de bungalows a dû être démoli à l’exception de quelques bâtiments. Les propriétaires de ces bungalows ont été autorisés à rester indéfiniment. S’ils partaient ou mouraient, le bungalow devait quand même partir. De l’ancien village de vacances et résidentiel, il restait 28 bungalows en 1969. En 2013, il y en a encore trois.

Mais les Sinjoren sont toujours restés fidèles à leur Sint Anneke. Grâce à la douce brise de l’Escaut, c’est un endroit agréable à vivre lorsque le temps est chaud. Les Anversois vont toujours manger des moules à Sint-Anneke. Et comme la ville d’Anvers, à l’instigation du bourgmestre, a fait installer une douche sur la plage, le plaisir aquatique des enfants est garanti. C’est tout ce qu’il y a à faire !

Avec cette initiative, nous voulons restaurer la grandeur des Sint Anneke d’antan, et nous espérons que d’autres soutiendront notre ligne de pensée. De cette manière, nous pouvons servir de catalyseur à d’autres initiateurs et, ensemble, faire souffler un vent nouveau sur Sint Anneke.

SOURCES

SINT ANNEKE
Ik zien A gère
SINT-ANNEKE PLAGE
Souvenirs du village de vacances et d’habitation de Sint-Annastrand
1930-1969